Sr Viviane Darbousset

accompagnement, écouteParler de l’accompagnement spirituel, faire un topo sur ce sujet me serait facile, plusieurs fois j’ai eu à le faire, mais Aurore m’a demandé de donner un témoignage plus personnel, alors je me risque à cet exercice.
« Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun »… 1Co 12
Avec reconnaissance et en toute humilité, je crois pouvoir dire que le don de l’accompagnement m’est donné. C’est une exigence que j’ai de le mettre en œuvre, le déployer de manière à répondre à un des besoins du temps : écouter les personnes, faire route avec elles, pour  leur permettre, tout d’abord, de grandir en humanité, en liberté. Ensuite, lorsque c’est possible, favoriser la croissance de leur vie spirituelle, proposer attitudes et moyens pour « Chercher et Trouver Dieu en Tout ».
Accueillir les personnes, les rejoindre là où elles en sont sur leur chemin, leur permettre de grandir en liberté, percevoir le désir qui les anime, qu’elles se découvrent aimées de Dieu, crées pour être des vivantes, appelées au bonheur, est tout l’enjeu de l’accompagnement spirituel, du discernement. C’est cette visée qui me tient à cœur et me donne goût pour exercer ce service soit dans la vie ordinaire soit lors de haltes spirituelles ou temps de retraites.
Appelée par mes supérieures à ce service, puis confirmée dans cette mission, je l’ai exercée en différents lieux. Cette responsabilité a fait naître en moi le souci de me former à l’écoute, à l’entretien spirituel, aux Exercices selon la pédagogie ignatienne, dans différents centres qui proposaient des parcours de formation.…
Vanosc, la CVX, l’Horeb, St Hugues, les sœurs auxiliatrices à Lourdes… m’ont permis de m’exercer à l’accompagnement. Participer à des sessions, m’enrichir de lectures, avoir recours à la supervision tout cela a contribué à ma formation pour m’adapter aux besoins des personnes. Accompagner s’apprend tous les jours. C’est sans cesse qu’il est nécessaire d’actualiser sa manière de faire. Bien sûr, l’expérience donne une certaine assurance, en même temps chaque accompagnement est unique. J’éprouve souvent une certaine appréhension lorsque j’accueille quelqu’un de nouveau, tout commencement est empli d’incertitudes et d’imprévus. J’ai à dépasser mes craintes, ne pas m’arrêter aux apparences physiques (tatouages par ex). Parfois, je me sens petite face à ceux qui ont un gros bagage intellectuel ou assurent de grandes responsabilités dans la société ou l’Eglise, je dois alors faire fi de cela pour me situer à un autre niveau. Chacun est enfant bien-aimé du Père, ce qui importe c’est d’entendre le désir qui l’habite et l’orienter vers Celui qui nous donne Vie. Ce qui m’apaise, c’est de faire ce qui dépend de moi, ensuite rester convaincue que c’est l’Esprit du Seigneur qui est le Maître de la rencontre.
Oui, après une longue expérience d’accompagnement je repère qu’il m’a été donné de rencontrer une multitude de personnes différentes : jeunes et moins jeunes, personnes en activité ou retraitées, hommes et femmes avec des engagements professionnels et états de vie diversifiés : célibataires, personnes mariées, couples séparés, divorcés, diacres, laïcs consacrées, religieuses de vie apostolique, quelques contemplatives, plusieurs prêtres. C’est tout un monde de frères que j’ai rencontré pendant près de 40 ans, chacun avec ses questions, problèmes, désirs de vivre, ou n’ayant plus d’espoir ni en eux ni dans les autres à cause de situations trop difficiles à porter… Plusieurs fois, je me suis sentie démunie et sans parole. Seul le silence alors permet à celui qui est blessé par la vie, de parler en confiance, de se libérer, de retrouver l’espérance. J’aime dire à ces personnes : «la force de traverser cet évènement, même avec douleur, vous a été donnée, maintenant vous pouvez regarder devant ». Bien sûr, il faut du temps, des mois, parfois des années, pour trouver ou retrouver confiance en soi, dans les autres, en la vie, en Dieu.
Un moyen précieux que j’utilise c’est la relecture de vie. Très souvent la Prière d’Alliance devient importante pour l’accompagné, elle suppose un réel effort pour s’exercer à y être fidèle, avant de devenir point d’appui comme a su l’exprimer Alain : «La relecture et la Prière d’Alliance me sont devenues familières, ce sont mes points d’appui aujourd’hui. »
Personnellement, je trouve plus facile les accompagnements de retraite, même si parfois il y a des enjeux importants. Prier avec la Parole de Dieu est toujours source de croissance spirituelle. Lors de certains parcours il m’arrive de devoir aider les personnes à démasquer les tentations du malin ; le risque de rechercher la perfection est souvent un frein contre la recherche de la vraie Vie. Lorsque le retraitant prend conscience que le malin peut se manifester sous couleur de bien, il reçoit une vraie grâce.
J’apprécie de pouvoir m’appuyer sur la dynamique des Exercices, elle est un vrai trésor inépuisable !

Motivations des demandes d’accompagnement dans la vie.accompagnement, écoute, chemin

Les demandes d’accompagnements dans la vie, sont aussi multiples que variées, souvent elles se font suite à un témoignage entendu, après avoir vécu une retraite, ou après un évènement particulier, heureux ou plus difficile : (naissance, séparation, problème familial, relationnel, affectif, maladie, décès…)
Les raisons exprimées pour être accompagné, se font souvent à partir d’un besoin ressenti : besoin de parler en confiance de questions qui préoccupent, demande d’aide pour traverser une épreuve, ou un évènement particulier. Besoin d’aide pour un discernement précis : nouvelle orientation professionnelle, un engagement social, appel ecclésial, projet de choix de vie… Besoin de trouver des repères pour approfondir sa foi, désir de trouver sens à sa vie, apprendre à prier, à discerner, mettre en place la relecture…etc…

Partage de quelques fruits perçus chez les personnes avec qui j’ai fait un bout de chemin.

Je constate avec bonheur qu’un élan de vie se fait jour chez ceux qui osent faire la démarche de l’accompagnement spirituel. Parmi les prises de conscience, la dimension de l’Incarnation est une vraie révélation : progressivement la personne découvre qu’elle n’est pas seule sur son chemin, sa vie est habitée par plus grand qu’elle, sa vie ordinaire prend du sens, elle se sent conviée à la Vie.

« Je suis avec vous chaque jour jusqu’à la fin des temps » Mt 28
« Je suis créé pour louer, respecter, servir Dieu » Principe et Fondement. N°23

Je pourrais citer bien des récits bibliques, des versets de psaumes qui sont devenus nourriture, source de vie pour plusieurs. Ceux qui ont découvert, prié, contemplé ces paroles ont été mis en mouvement.

« Peu à peu j’ai du goût à durer avec la Parole de Dieu, elle devient ma référence pour avancer dans mon quotidien ». Denis.

Après un temps d’accompagnement personnel régulier (2 à 4 ans environ), je constate que les personnes peuvent nommer elles-mêmes de réelles libérations, des découvertes qu’elles ont effectuées, tout comme les freins et obstacles traversés. De plus en plus, je suis convaincue qu’accompagner quelqu’un ce n’est pas lui transmettre un savoir mais lui permettre de faire personnellement une expérience, celle de la rencontre avec Jésus Christ.

  • « J’allais droit dans le mur, l’accompagnement m’a permis d’ouvrir les yeux et de reprendre le bon chemin ». Gaben
  • « Je désire vraiment que d’autres puissent découvrir la richesse de la pédagogie ignatienne, je reviens régulièrement aux fondamentaux, c’est nécessaire dans l’agitation quotidienne » Laure

FRUITS PERSONNELS QUI M’INVITENT A DIRE MERCI.

L’accompagnement des personnes m’a vraiment permis de faire l’expérience du DONNER/RECEVOIR. Une partie du livre de la vie des hommes d’aujourd’hui m’est donnée à entendre avec les situations, problèmes actuels, questionnements, recherche que connaissent l’Eglise et la Société. Je perçois là Dieu à l’œuvre dans notre humanité, cela m’invite à demander miséricorde mais le plus souvent à l’Action de Grâce.
J’aime glaner les perles qui me sont offertes lors d’accompagnements. En guise de cadeau final, je vous partage cette perle précieuse que j’ai eu la joie de cueillir un matin de fin de retraite à St Hugues de B. Le jeune Maxime que j’avais accompagné durant la semaine pour une retraite choix de vie me dit :
« Sr Viviane, permettez-moi de vous embrasser, car vous m’avez rendu la vie ! »
« Spontanément je lui réponds : très volontiers, mais n’oublie pas que c’est Jésus Christ qui t’a rendu la vie, si c’est passé par moi, je m’en réjouis et j’en rends grâce. »

Et nous nous sommes embrassés sur le pas de la porte !
 
Notre vocation à tous n’est-elle pas d’être féconds ?
Merci Maxime pour cette révélation !

accompagnement, écoute« En mai 2021, Clara s’inscrit pour participer à une semaine « Exercices à la carte », dans la plage du mois d’août. Elle indique par écrit qu’elle ne veut pas être accompagnée personnellement. Nous ne connaissons pas cette personne.
Je l’appelle au téléphone pour lui expliquer le fonctionnement de ce type de retraite. Pour la plage de retraite qu’elle souhaite, l’accompagnement personnel fait partie de manière intégrale de la démarche. Mais si elle ne désire pas d’accompagnement personnel, elle peut tout à fait choisir une autre retraite où l’accompagnement est facultatif. Au cours de la conversation téléphonique, j’ose lui demander si elle peut préciser un peu pourquoi elle refuse la proposition de l’accompagnement personnel.
Clara m’explique qu’elle a eu une mauvaise expérience lors d’une retraite accompagnée dans un autre centre spirituel. Elle garde un mauvais souvenir de l’accompagnement qu’elle a vécu, elle me dit avoir éprouvé cela comme une inquisition dans sa vie. Je l’écoute puis j’explique comment j’entrevois l’accompagnement spirituel personnel, et lui indique la manière dont nous essayons de le  pratiquer à Vanosc durant les retraites à la carte. J’ajoute : « des erreurs sont toujours possibles, ici comme ailleurs » mais sachez bien que nous avons à cœur de respecter la liberté des personnes, ce n’est qu’à partir de ce que dit la personne, ce qu’elle veut bien partager, que le cheminement peut se faire.

L’accompagnateur n’a de prise que sur ce que lui partage l’accompagné, C’est vraiment à partir du point où en est le retraitant qu’une avancée est possible ; c’est toute une question de confiance indispensable si l’on désire vivre une retraite accompagnée.

Je termine mon entretien téléphonique en disant à Clara que c’était dommage et regrettable de rester sur un échec par rapport à l’accompagnement personnel. Je l’invite à réfléchir tout en lui redisant : sentez-vous bien libre de vous inscrire ou pas à Vanosc, mais si vous choisissez la plage « Exercices à la carte », sachez que l’accompagnement personnel fait partie intégrante de la démarche proposée.

4 ou 5 jours après cet entretien téléphonique, l’inscription ferme de Clara arrive, elle demande de participer aux «Exercices à la carte» et d’être accompagnée.

Lors de la répartition des retraitants, du fait que j’avais eu un échange préalable avec Clara, l’équipe opte pour que ce soit moi qui l’accompagne.
J’ai accueilli Clara avec ses peurs, son besoin de parler, de laisser tomber de fausses images sur Dieu, sur la religion. Besoin de découvrir que c’est avec tout son être qu’elle pouvait prier. Besoin de reconnaître qu’elle était aimée de Dieu. Clara a reçu et possède bien des talents, je l’aide à les reconnaître comme dons de Dieu. Jaillit alors en elle la reconnaissance, elle se sent invitée à les mettre au service. Clara n’a pas fait les Exercices proprement dit de St Ignace, mais je lui ai proposé de vivre des Exercices selon le point que j’ai perçu où elle en était. Exercices adaptés à sa personne, ils sont devenus pour elle source de vie. Jour après jour elle a contemplé la nature – marché silencieusement, repéré les couleurs, écouté les bruits – mis tous ses sens en action. Tous les jours, fidèle aux rendez-vous d’accompagnement, plusieurs fois elle a fait relecture de sa journée à l’aide d’une peinture, qu’elle avait réalisé ou d’une photo. Je l’ai invitée à prier de courts passages d’Ecriture, puis écrire son ressenti sous forme de poème, de psaume. Elle a parcouru quelques paraboles ou récits, sous forme de lectio divina. Je peux témoigner qu’elle a trouvé du goût à vivre ces temps, et a vécu un beau parcours, une vraie rencontre avec le Seigneur.

Pour moi, cet accompagnement a été exigeant, cela m’a demandé de la souplesse pour m’adapter en permanence, pour chercher ce qui pouvait la rejoindre et l’ouvrir à la vie. Quelle joie pour moi de voir peu à peu son visage et toute sa personne se détendre, devenir rayonnants et paisibles. Clara est repartie après avoir recueilli de beaux fruits, fruits de libération en particulier. Elle-même a parlé de « recréation » !

Quelques semaines après la retraite, je reçois un courrier de Clara, elle me remercie pour cette retraite et ajoute : «vous avez bien fait de me dire de ne pas rester sur un échec» !
En 2022, Clara s’est à nouveau inscrite pour vivre une autre retraite accompagnée, cette fois nous avons amorcé le parcours du Principe et Fondement. »

Viviane Darbousset

Laisser un commentaire

mersin eskort - eskort mersin - eskişehir eskort - eskort - escortmersin eskort - eskort mersin - eskişehir eskort - eskort - escort Ryan Finley Womens Jersey