FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA VIE RELIGIEUSE

 Quand tu rentres chez toi, tu remets ton habit religieux ? Est-ce que tu portes ta croix au travail ?  Tu fais de l’accompagnement spirituel dans ton travail ?

Comment vis-tu ta vie professionnelle lorsqu’elle semble en contradiction avec la position de l’Eglise ?
Est-ce que c’est toi qui choisis quand tu déménages, quand tu changes de travail ?
Et vous priez combien de fois par jour ?
Alors tu vas partir à l’étranger faire de l’humanitaire ?
Pourquoi tu as choisi la vie religieuse ? Comment ta famille a réagi ?
Comment tu fais pour habiter avec des sœurs  d’une autre génération ? Comment appelles-tu celles avec qui tu vis ? Vis-tu avec des personnes d’autres cultures ?
Est-ce que tu es encore religieuse quand tu travailles ? Est-ce que tu arrêteras de travailler quand tu auras fait tes vœux définitifs ? Comment s’articule le travail et la vie religieuse ?
Est-ce que tu gardes ton salaire ? Vous recevez l’argent du Pape ? Es-tu libre de dépenser ton argent comme tu veux ?
Alors tu ne peux (veux)  pas avoir d’enfants, de copains ? Est-ce que cela ne vous manque pas de ne pas faire l’amour ?
T’habites dans une église ? Il y a un prêtre qui vit avec vous pour dire la messe ?
Pourquoi tu as choisis cette congrégation-là ?
Concrètement tu fais quoi ? Tu vis quoi ?

















"Les disciples n'ont pas assisté à la résurrection de Jésus mais ils en ont éprouvé les effets [...] : passage de la crainte à l'audace, [...] passage de la dispersion à la communion.

C'est la rencontre du Vivant qui les ouvre l'un à l'autre et les fait entrer dans la communion qui est le signe par excellence de la présence de  Dieu." 

 Père François Euvé. 


VANOSC CENTRE INTERNATIONAL RÉSEAU JEUNESSE IGNATIEN
CORREF ACAT JUSTICE & PAIX

MAISON DU BON PASTEUR CLERMONT-FD
CIMADE
NOTRE DAME DU WEB CCFD TERRE SOLIDAIRE

  NOUS AVONS AIME :   Marion Muller-Colard, éd. Bayard 

 En relisant sa propre existence, mais également l’Évangile 
et de grandes œuvres littéraires, Marion Muller-Colard nous invite, dans ce très beau livre, à partager notre condition d’intranquilles. Accueillir le dérangement, 
voire l’inquiétude, c’est lutter contre l’engourdissement qui nous ferait passer, dit-elle, « à côté d’un trésor sans le voir ».

 

Copyright 2011 - Tous droits réservés - Institut des soeurs de St Joseph - 18 avenue Victor Tassini,   BP 409 -  07134 SAINT PERAY  CEDEX -  Mentions Légales - Plan du site

Création de site internet: Cianeo